2 choses l'une à conditions bien sur d'être 2 

 

 

 

Des monts de notre tête fraîchement levée, nous oublions vite que nous sommes nés dans le sang et la

merde ; du cri des tam-tams sur nos fesses. Pour autant ne baissons pas la tête. 

 

 

Il y a des mots, des mots fraîchement pubères, des autres vulgaires, certains résonnent depuis si longtemps qu’on finit par croire qu’ils nous appartiennent…

Bout à bout cela fait un texte, pour dire en plus et de rien : rien de mieux de déjà là, à demi-tons des tentatives d’élocutions sur l’art. 

Est-il constipé, autotélique, prolixe ou engagé ? Une guerre d’apostasie ? L’ego de l’artiste se mesure-t-il à la taille du pénis ? Pas de vrai, de bonne ou de mauvaise question, juste des histoires qui se déduisent vers l’infini ; oublions les questions. Fini la grande évasion. 

 

 

Ecrivons des mots, des mots raffinés, tendres, drôles ou précieux, nous les étalerons sur une tartine,

la tartine à discours…

Tartine décadente de mensonge et de vérité, d’exception et de généralité, une tartine de plus noyé dans le ressac des mémoires, noyée d’accident et de vin, ils ont déjà tant dit… 

 

En vérité lecteur, cela ne fera pas de nous une différence si notre intelligence ne ne se met pas au service de notre bêtise et qu’elle n'est pas un gage à quantifier notre joie de vivre. 

 

 

  Alors… en deçà…    1 art + 1 art = 2 arts et 3 s’il est in situ... 

 

 

Héraclès disait que le soleil est aussi gros qu’un doigt de pied humain.

C’est très doux…

 

 

alors… 

 

 

Y aura toujours des trucs à compter. Rien ne sera plus et dès lors tout est possible.

Faire et puis c'est tout. Encore encore, encore...

Le désir d'idée est sensuel, cela fonctionne.

Mais du respect. 

 

Du respect parce que les flâneurs retrouvent toujours le chemin de leur maison et d'autres comme Joe Bousquet dans l'épaisseur de la nuit et des images, marchant sur le chemin des dames, lucides au sommeil lourd, bandent sur des marches... 

 

Encore bravo ! Mais l'exploit n'est pas expo... Tout les objets tombent et ce n’est pas anodin, ils nous rappellent notre condition.

Ni le vrai, ni le faux ne résistent à la gravité.

Heureusement les oiseaux volent... 

 

Heureusement l'homme ordinaire s'extasie secrètement d'être un chien habile, n'est-il même plus question d'intention et de résultat. Il ne reste plus qu'à regarder les feux d'artifices, et croire au fonds, à la rumeur d'une étoile... Le secret pour accroître un rêve afin de se mouvoir dans l'écart minimum de vice et de vertu, celui entre la larmes à l'oeil et la bite dans le cul.

 

 

alors…

 

 

On a jamais le choix que d'être aussi fou que ce que l'on invente.

 

Encore un peu de soupe ! Bon appétit !