Total incredibility Project 2012

Post A4 under black frame. The poster in A4 frame has been sent to Gilles Fuch, director of Duchamp foundation, currently unanswered and without compensation.

 

 

Translation :

ENGL

TOTAL INCREDIBILITY PROJECT.

 

Incredibility total project is an original proposal of the artist André Guiboux.

This project is presented as a black tattoo on the entire nose. The nose hereis the priviliged instrument where we play our relationship to otherness. This claim is registered in aesthetic affiliation to drag gesture  Duchampian iconicart of the 20th and 21th century. This gesture is the engine of all artistic movements of this century and exercise an authority of the art history on all the professionnal artistic modalities.

 

André Guiboux in effect as visual arts have suffered by physical harm to privacy. Just as a social body being kidnapped in a game attitude and representation.

This social work invalidates 10 per cent of the totality of the face of the author.

Disability is estimated at 75 per cent for his career, 95 per cent for his lovelife and 15 per cent for various offenses facies (police control, border crossing, clubbing night...).

 

That damage is estimated at 15.450 €.

Victim of the consequences of the history art, André Guiboux seeks restitution to Marcel Duchamp foundation located at 23 Quai Voltaire, 75007 Paris.

FR

Le projet d’incrédibilité totale est une proposition originale de l’artiste André Guiboux.

Ce projet se présente sous la forme d’un tatouage noir sur la totalité du nez. Le nez est ici l’instru- ment privilégié où se joue notre rapport à l’altérité. Cette revendication esthétique est inscrite dans une affiliation au geste de déplacement Duchampien emblématique de l’art du 20ème et 21ème siècles. Ce geste est le moteur de tous les courants artistiques de ce siècle et exerce une autorité de l’histoire de l’art sur toutes les modalités d’expressions artistiques professionnelles.

André Guiboux

    

En effet André Guiboux en qualité de plasticien subit par devoir artistique un préjudice physique à sa vie privée. Tout comme le corps social kidnappe l’être dans un jeu d’attitude et de représentation, la bonne conscience artistique lui a kidnappé certaines perspectives privées.
Cette oeuvre sociale invalide visuellement 10% de la totalité du visage de l’auteur.

Le handicap est estimé à 75% pour sa vie professionnelle, 95% pour sa vie sentimentale et à 15% pour les divers délits de faciès (contrôle de police, passage des frontières, sortie en boite de nuit....). Ce préjudice est estimé à 15 450 euros.

Victime des conséquences de l’histoire de l’art, André Guiboux réclame un dédommagement à la fondation Marcel Duchamp situé au 23 Quai voltaire, 75007 Paris.

André Guiboux ©